La nature comme source d’inspiration

#nature #inspiration #art

Du paysage, genre éternel et intemporel dans l’histoire de l’art qui englobait aussi les scènes d’histoire, certains artistes ont affiné leur questionnement sur l’écologie, l’environnement, le rôle des cellules ou les changements de la biodiversité.
En quoi ces thèmes, qui font partie de notre quotidien, ont-ils une incidence sur leur pratique ?  

Permettant toutes les prospections utopiques, comme des retours en arrière qui témoignent de la condition de l’homme, le paysage aborde la nature, le vivant et le positionnement de chacun face au monde. Les outils ont changé et impliquent recherches biologiques ou datas, mappings, usage de drones, attention au micro comme au macro. La documentation va octroyer le sujet du travail. Le réel est une source d’inspiration, même si la peinture abstraite signifie tout autant qu’une vidéo interactive et qu’une céramique peut accompagner l’idée de vulnérabilité des sols. Récemment des auteurs, et donc des plasticiens, ont jaugé comment la géologie et la terre subissent également les assauts des hommes de manière impérialiste et analysent ce que sont devenus des sites surexploités puis abandonnés. L’anthropocène ou la technosphère sont loin d’avoir tout dit…

Les résurgences du Land Art, une nouvelle réflexion sur l’Arte Povera ou une relecture des élans romantiques des peintures du XIXème siècle n’empêchent pas de se projeter dans un monde enrichi d’avatars. Tout est conçu à partir de rien. À la dichotomie nature versus culture, on ajoutera désormais artificiel versus réel, car les problématiques s’appuient sur la véracité des choses ou leur décontextualisation. Qu’exprime le naturel quand tout est réinterprété par notre mental et que le présent se fait de plus en plus subjectif ? 

Extrait du texte de Marie Maertens, commissaire de l’exposition « Embrasser des espaces infinis ».
Visionnez ces trois vidéos, quand Marie Maertens rencontre Luc Meier directeur de la résidence La Becque, le rapport entretenu par l’artiste Cyprien Chabert avec la nature ou encore la vision de l’artiste Mina Albespy.